summer-box

Crédit photo : MyLittleBox (Summer Box)

Selon la Direction générale des entreprises (DGE), la France est restée, en 2014, la première destination touristique mondiale, avec 83,8 millions de touristes en provenance d’autres pays (+0,2 % par rapport à 2013). Le tourisme représente 7,4 % du PIB français en 2014.

En France on compte 36 millions de cyber acheteurs et près de 120 000 site de e-commerce. Depuis environ 5 ans, la commercialisation de produits en boite cartonne dans l’Hexagone. Le secteur de la beauté a été le précurseur de cette tendance en commercialisant les premières beauty box : Jolie Box, Glossy Box et My Little Box. En 2013 on comptait près de 200 boîtes beauté mises sur le marché. Les marques jouent la carte de la découverte en proposant à leurs abonnés des produits qu’ils n’achèteraient pas naturellement.

Vous disposez d’un bon relationnel et aimez faire découvrir de nouveaux produits ? L’idée de monter un projet en boite vous inspire et vous remplit de joie ? Pourquoi ne pas créer votre propre business de box ? Un tel projet demandera un investissement important de votre part, mais une fois surmontés les obstacles administratifs et organisationnels, vous serez absorbés par ce défi ! Découvrez les 5 conseils de Parcours France pour lancer son business de box…

(N°1) Trouvez un concept de box

NUOO-box-juillet.jpg2

Crédit photo : Touteslesbox.fr

Avant d’investir dans du matériel il faut penser à un concept de boîte qui attirerait grand nombre de clients. Chaque box a sa spécialité : Nuoo a inventé les beauty box bio, Gastronomiz commercialise des box culinaires, MyVityBox fait déguster des vins soigneusement sélectionnés en fonction des goûts de leurs clients, Miaoubox propose des produits pour vos animaux de compagnie, les chats, enfin ma Cocoon Box présente des produits pour les femmes enceintes.

Pour trouver un concept de box que vous pourriez développer, il faut que vous analysiez les produits qui plaisent le plus dans telle ou telle zone géographique. Il est, également, impératif de trouver un public concerné et de s’adapter à sa cible. En commercialisant des box vous vous adressez aux amoureux du vin, aux jeunes enfants, aux femmes qui souhaitent prendre soin d’elles, aux femmes enceintes qui se tournent vers des produits naturels, aux maîtres qui souhaitent gâter leurs animaux de compagnie etc. Enfin pour des questions de financement, les marques commercialiseront des produits plus ou moins haut de gamme.

Vous avez le choix entre : proposer aux clients de composer sa propre boîte en choisissant parmi un panel de produits ce qui diminuera les risques d’insatisfaction ou sélectionner vous-même les produits à envoyer.

(N°2) Sélectionnez un type d’abonnement et établissez une tarification

mylittlebox

Crédit photo : Instagram MyLittleBox

Les entreprises proposent des boites dont les prix sont, en moyenne, compris entre 10 et 30€. Il est conseillé de ne pas dépasser 30€ pour une boîte sauf si vous vous adressez à une clientèle très aisée. Il est également nécessaire de choisir un mode de paiement : CB, chèque, paiement crypté etc.

Il est impératif de choisir un type d’abonnement afin de fidéliser les clients. Il existe différents abonnements : mensuel (réception d’une boite chaque mois), trimestriel, tous les 6 mois ou encore annuel. Il est nécessaire de laisser aux abonnés la possibilité de tester le service proposé pendant un mois afin que ce dernier ait le choix de s’abonner ou non.

Enfin votre box doit être originale, simple et attractive. Elle doit refléter l’image des produits que vous vendez. Pensez à ne pas trop dépenser dans la box pour pouvoir investir dans les produits.

(N°3) Anticipez la fabrication de votre box

sweet-box

Crédit photo : MyLittleBox (Sweet Box)

Plusieurs possibilités s’offrent à vous lorsqu’il s’agit de fabriquer vos box. Vous pouvez gérer tout seul votre box ou passer par un fournisseur et vendre ses produits. Dans le second cas vous recevrez une commission sur les ventes et aurez des coûts supplémentaires (frais d’envoi, etc.). Pour créer sa box, on dispose de plusieurs fournisseurs et l’achat et le stockage des produits constitue la première difficulté.

Le stock est nécessaire dans la commercialisation de box puisque les produits cosmétiques restent plus ou moins longtemps en magasin. De plus en fonction de votre offre d’abonnement proposée, de nombreuses boites doivent être envoyées mensuellement, trimestriellement ou annuellement. Pour les stocks il faut estimer le nombre de ventes à 3 mois pour être en avance.

Il est primordial de se concentrer sur les actions à haute valeur ajoutée et gérer au mieux toutes les informations dont dispose l’entreprise (problème de carte bancaire, etc.).

Organisez-vous de manière à proposer des produits irréprochables : aucun retard dans les livraisons, produits conformes, etc.

(N°4) Faîtes la promotion de votre boite originale

la-thé-box

Crédit photo : La thé box

La tendance du business box s’est rapidement développée ces dernières années. Afin de promouvoir votre box il est impératif de trouver un nom d’entreprise, un logo, d’établir une charte graphique et de créer des réseaux sociaux (actualités de votre projet, proposition d’offres), un site web (pour toutes informations pratiques), et une application sur smartphones si besoin (de nombreux employés cherchent où manger le midi sur leurs téléphones).

Avant le lancement de votre site internet, pensez à créer un formulaire afin que les potentiels clients laissent leurs adresses mails s’ils sont intéressés par votre boite.

N’oubliez pas de vous entourer de mentors, de vous faire accompagner par le réseau entreprendre par exemple. Assistez à des meetups pour parler de votre projet et rencontrer des professionnels qui pourront vous aider.

Lire notre article sur les incubateurs en régions.

(N°5) Renseignez-vous sur les démarches administratives à suivre

kitchen-trotter-box-culinaire

Crédit photo : Kitchen Trotter

Premièrement, la vente de biens via internet nécessite d’être immatriculé. Pour cela lors de la création de votre entreprise un numéro SIRET ainsi qu’un numéro d’identifiant attribué par l’INSEE sont demandés.

Il faut ensuite trouver un nom de domaine que vous souhaitez déposer. Le nom de domaine doit être déposé par l’entreprise et non par le gérant ou un associé.

Les sites de vente collectant des informations personnelles sur des clients (adresse, e-mail) doivent effectuer une déclaration auprès de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

Les produits vendus sur votre site internet doivent respecter la législation française (normes françaises européennes, droit de la propriété industrielle). Certains produits ne doivent pas être vendus en dehors de leur réseau de distribution sélective. Enfin il faut être vigilant concernant les contrefaçons.

Selon l’article L113-3 du Code de la consommation, il est obligatoire d’obtenir un contrat de vente ou conditions générales de vente informant les consommateurs sur les prix, les modalités d’achat / paiement, la responsabilité contractuelle, les conditions particulières de vente etc.

Un site de e-commerce ne doit pas être anonyme et doit donc insérer des mentions légales pour identifier le siège de l’entreprise, le gérant, le capital de l’entreprise, le nom de l’hébergeur du site, les informations nécessaires pour contacter le responsable ainsi que le numéro de Kbis de l’entreprise.

Si votre commerce en ligne comporte des visuels, des vidéos ou autres documents que ne vous appartiennent pas, il est nécessaire de disposer de l’autorisation écrite du titulaire des droits.