Untitled-1

Soutenues par les conseils généraux, les démarches d’accueil pour personnes âgées ou handicapées au sein de familles connaissent un vif succès, puisqu’elles représentent un parfait compromis entre un accueil en structure spécialisée et un maintient (parfois impossible), à domicile. Vous souhaitez vous aussi connaitre cette expérience enrichissante, en accueillant un nouvel hôte sous votre toit ? Voici nos 5 conseils et démarches à suivre !

  • Quelle formation préalable ?

Untitled-1

Pour devenir accueillant familial, aucune formation préalable ne vous sera demandée. En soit, si vous disposez d’un logement suffisamment spacieux pour accueillir de nouveaux hôtes (voir conditions ci-dessous), et que vous êtes motivés à l’idée de vivre cette nouvelle expérience de partage, d’aide et de découverte, alors vous pouvez vous lancer dans les démarches !

Cette forme alternative d’accueil pour les personnes âgées et/ou handicapées est soutenue par l’ensemble des conseils généraux de France, ainsi, quelle que soit la région où vous habitez, il vous sera possible de vous lancer dans cette activité. N’hésitez pas a entrer en contact avec des associations locales qui sauront vous informer sur les divers aspects de cette profession, dont voici quelques exemples :

  • Quelles conditions remplir ?

Untitled-1

Pour accueillir un ou plusieurs hôtes à votre domicile (le nombre maximum de personnes accueillies étant de trois); vous devrez recevoir l’agrément du conseil général de votre département. Une fois la demande d’agrément des accueillants familiaux remplie et soumise à votre conseil général, une équipe médico-sociale vous rencontrera  et procédera à l’instruction des dossiers. Globalement, pour obtenir cet agrément, il vous faudra :

  • Une situation financière stable
  • Souscrire à une assurance civile
  • Justifier de votre disponibilité pour prendre en charge les personnes accueillies, ainsi que de solutions de remplacements (pour assurer la bonne continuité de la prise en charge)
  • Si vous souhaitez accueillir une personne à plein temps, alors la mise à disposition d’une chambre individuelle de 9m² minimum, avec un point d’eau potable à proximité immédiate et moyen de chauffage adapté est obligatoire
  • Prouver vos motivations, qui seront évaluées de rencontres et visites non planifiées par l’équipe médico-sociale du service de l’accueil familial

Chaque Conseil Général ayant la responsabilité de vous délivrer ou non l’agrément, les conditions pour l’obtention de ce dernier peuvent varier selon les départements. A titre d’exemple, voici des liens vers les demandes d’agréments pour certains départements :

Cet agrément est valable 5 ans.

  • Quels engagements pour un accueillant familial ?

Untitled-1

Une fois votre démarche d’agrément finalisée, cette dernière ne vous sera accordée que sous la condition énoncée par le code de l’action sociale et des familles, qui suppose que « L’agrément ne peut être accordé que (…) si les accueillants se sont engagés à suivre une formation initiale et continue organisée par le président du conseil général ». Ces deux formations sont financées par le conseil général de votre département.

La formation initiale, qui s’étale généralement sur une semaine ou dix jours, à pour principale vocation (selon l’association Sainte-Agnès en Isère) :

  • D’apporter une réflexion sur le rôle et sur le positionnement de l’accueillant
  • D’apporter des connaissances sur les besoins des personnes âgées et/ou handicapées
  • De vous informer sur les problématiques spécifiques liées au vieillissement et/ou au handicap
  • De vous faire prendre conscience de la limite des actes  des accueillants familiaux
  • De vous faire profiter d’échanges et de partages entre accueillants familiaux

Il faut tout de même prendre conscience que cette formation, bien que nécessaire, pourra vous sembler incomplète pour être en mesure de fournir un accueil approprié à vos hôtes. Si tel est votre ressenti, de nombreux ouvrages et sites internet pourront vous aider à compléter votre formation. Par exemple, le site famidac propose une multitude de fiches conseils spécialement dédiées aux accueillants familiaux !

La formation continue est quant à elle le plus généralement organisée par thème, et à une fréquence d’une à quatre journée par an. Pour vous donner un ordre d’idée, les thèmes proposés par le conseil général de la Sarthe en 2010 portaient sur :

  • Gestes et postures
  • Alimentation et personnes âgées
  • Addictions : Alcool, tabac, etc
  • Vie affective et sexuelle
  • Ateliers études de situation

Vous pourrez ainsi choisir les ateliers en fonction des familles que vous accueillez, et donc adapter votre formation à leurs besoins.

  • Prenez véritablement le temps de rencontrer l’hôte accueilli 

Untitled-1

Si l’activité d’accueillant familial est soutenue et financée par l’état, cela ne signifie par pour autant que ce dernier vous assure un emploi. Ainsi, même si une grande majorité des conseils généraux met en lien une liste des familles agrémentées pour devenir accueillant familial, cela ne vous dispensera pas d’entreprendre des démarches pour trouver des hôtes à accueillir.

Ainsi, pour que votre accueil se déroule bien :

  • Prenez le temps de connaitre l’hôte que vous aller accueillir sous votre toit. Cela peut sembler logique, mais il est essentiel de rappeler qu’une fois un accord passé entre vous et l’hôte accueilli, c’est un véritable engagement qui se met en place.
  • Assurez vous de pouvoir véritablement répondre aux besoins de votre hôte. Certes, la formation initiale proposée par le conseil général de votre département vous donnera des premières bases pour accueillir des personnes âgées et/ou handicapées, mais cela ne fera pas de vous le parfait aide-soignant/infirmier pour autant ! Ainsi, pour votre première expérience tout du moins, mesurez bien vos limites, vos capacités d’accueil et vos connaissances globales concernant le niveau de handicap ou les problématiques liées à la vieillesse de la personne accueillie.
  • Et légalement, comment ça se passe? 

Untitled-1

L’activité d’accueillant familial est fortement réglementée, il est donc bon de savoir qu’accueillir un hôte nécessite, pour votre protection comme pour la sienne, la mise en place d’un contrat spécifique : un contrat d’accueil (un exemple précis de ce type de contrat, c’est ici !). Ce contrat d’accueil est une convention de droit privé, et n’est donc pas considéré comme un contrat de travail. Il est signé entre l’accueillant et l’accueilli ou son représentant légal, en présence du service de suivi (en charge de l’accompagnement des accueillants et des accueillis tout au long de l’accueil) et précise les conditions de l’accueil (durée de l’accueil, montant de la rémunération de l’accueillant etc.).

Très concrètement, la personne que vous accueillerez deviendra votre employeur, qui vous versera :

  • Un salaire journalier pouvant être contrôlé par le conseil général, d’une valeur au moins supérieure à 2,5 fois le SMIC horaire.
  • Une indemnité de congés payés ;
  • Une indemnité pour les frais d’entretien courant (électricité, chauffage, alimentation, ménage…), fixée entre 2 et 5 Minimum Garanti (MG = 3,51€) par jour;
  • Une indemnité représentative de mise à disposition de la ou des pièces réservées à l’usage de la personne accueillie (en cas de montant abusif, l’accueillant peut se voir retirer son agrément) ;
  • Le cas échéant, une indemnité en cas de sujétions particulières fixée entre 1 et 4 MG par jour (proportionnelle au niveau de dépendance de la personne accueillie).

Ainsi, la rémunération mensuelle de l’accueillant varie entre 1200 et 1500 euros nets pour l’accueil d’une personne à temps complet (l’ensemble des textes de lois régissant cette activité, c’est ici!).

Ariane Pépin